06 juillet 2020

La gloire et le reste

Pour être tout à fait franc, je suis un peu emmerdé, là. Par curiosité, j'ai acheté et lu Sorel éros presque compulsivement et juste parce que c'est un palindrome géant. L'exercice de style est magnifiquement relevé et c'est de là haute volée, mais je me demande quand même pourquoi. Non, parce que, c'est un sacré fait d'armes, quand même, un palindrome de dix milles caractères. Ca demande un travail colossal et fastidieux, et on pourrait même se dire que Jacques Perry-Salkow, qui connait bien les anagrammes et ces jeux de lettres,... [Lire la suite]

26 juin 2020

Noé en exil

  Avouez, ca fait bien longtemps que je vous ai pas bassinés avec de la jeunesse. Remarquez, ce n'est pas ce que je lis le plus, non pas que je sois englué dans des idées reçues sur ce pan de la production éditoriale, mais mes affinités me portent souvent ailleurs. Et vous savez bien que je ne les contrôle pas trop, mes affinités. Elles font un peu ce qu'elles veulent. L'avantage, c'est que mes lectures sont pleines de surprises et de virages inattendus. Comme cette allégorie de l'exil forcé, des migrations actuelles et des... [Lire la suite]
18 juin 2020

Abstention

Je vous dois un article. Je me permets de vous l'annoncer dès maintenant en partant bille en tête, mais c'est pas pour rien, promis. Non, parce que, dans Le palais de glace, il y a un sacré truc à trouver quand même, une ambiance qu'on trouve assez rarement. Cest contemplatif, bien narré et le récit entier semble feindre sa construction autour de la relation étrange, tacite et hypnotique qu'entretiennent deux filles de dix ans mais prend un malin plaisir à s'en exonérer pour tendre vers le fantastique et n'y tremper que les orteils... [Lire la suite]
01 juin 2020

Angle opposé

En complément du post d'hier sur Sylvia Plath (et pour lequel je ne mets pas de lien parce qu'il date d'hier, donc il est juste en dessous sur la plage d'accueil, alors bon), il me faut préciser à toute oreille attentive qu'à la réflexion, une deuxième lecture ne serait pas si inutile que ça. Je veux dire par là que la piste de la métaphore que me suggère une personne qui m'est chère, et dont les avis et opinions littéraires s'avèrent être de haute volée, se doit d'être explorée. A vous, donc de vous faire votre avis, comme... [Lire la suite]
31 mai 2020

Où, parfois, s'impose le pourquoi

Il y a quelque chose qui émane de ce genre d'objet. Pas de texte, n'en parlons pas encore, mais d'objet. Vous tombez dessus dans une librairie, généralement sur un comptoir (au vu de son épaisseur et de son prix, et l'éditeur joue forcément dessus) et, évidemment, ca vous pose question. Un tout petit texte, une nouvelle de quarante pages à peine, de Sylvia Plath qui, pourtant, est publiée sous forme de recueil plus ou moins importants et de textes, quoiqu'il arrive, plus longs que celui-là. Donc, si on publie un tel nom sous une... [Lire la suite]
06 mai 2020

Prendre un alligator

Prendre un alligatorcomme baby-sitterc'est faire preuve de légèretéou de malveillance Frédéric Lasaygues (1953 - 2010), "Carentan deux minutes d'arrêt", Castor Astral, 2003
Posté par adnihilo à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 avril 2020

(18)

Lorsque la paysanne lave les seaux du lait, elle ôte sa bague et la laisse sur la margelle du puits. Lorsqu'elle la reprend, je vis qu'il reste un petit cercle d'eau sur la pierre. Et je me demande pourquoi la paysanne ne le reprend pas lui aussi.   Fedrigo Tozzi (1883 - 1920), "Les choses les gens", La Baconnière, 2019
Posté par adnihilo à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 avril 2020

De la distance du lointain

Et vous, qu'est-ce que vous êtes devenus ? Parce que Michele Mari vient de me poser la question et elle n'est pas inintéressante, posez la vous. Il va assez profond dans sa réflexion, Michele, et on ne fera croire à personne qu'il s'est lui-même demandé ce qu'était devenue sa version de lui enfant avant de rédiger ses textes. Il faut le voir, lui, qui parle de lui sans se nommer ni le revendiquer et utilise le prisme de son évolution comme outil de sa réflexion. Il parle de son enfance, certes, mais avec une certaine discrétion et... [Lire la suite]
07 avril 2020

L'exploration de l'impalpable

Le plus dur dans la rédaction des articles, parfois, c'est d'arriver à choper une bonne intro. Je suis un peu emmerdé pour en trouver une, là, et je gage que vous ne m'en voudrez pas si je m'en exonère. Parce que bon, s'il y a plein de trucs à dire sur ce texte mais c'est justement parce qu'il y a plein de questions qui sont posées et qui se posent au fil des chapitres, et qu'il n'y a aucune raison valable pour en privilégier une plutôt qu'une autre. "Ah bah oui, mais alors ?", me direz-vous, et vous n'auriez pas tort. En fait, il... [Lire la suite]
22 mars 2020

Intromission

quand soudain sans que tu l'ais médité  son image cinétique est devenue réelle que son dos mat et crème n'était plus cet écran sur lequel tu butais mais l'offrande comme une main de mage   elle n'avait qu'à se retourner pour qu'ici soient les seins - son sourire   dénoue la jupe déboucle sa ceinture laisse ta bouche s'enfouir et ton visage dessous les linges pour que la motte paraisse dans l'hémicycle de son relief au cirque noceur de ses hanches   tu ne veux connaître d'autre parole sinon... [Lire la suite]
Posté par adnihilo à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,