17 août 2012

Le pourquoi, le comment, et le reste

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Une femme avec personne dedans n'est pas une lecture d'été. On est pas du tout dans le style plage et crème solaire indice machin. Remarquez, on y trouve pas non plus de gamins en anoraks barriolés qui se roulent dans la neige, ni cerisier fleuri, ni douceur pluvieuse de rentrée. C'est un peu intemporel, ce texte finalement. Il se lit à des périodes précises mais non définies, et ne prend place nulle part. Pour être moins évasif, il s'agit de l'identité. Chloé Delaume se pose elle même la... [Lire la suite]

26 janvier 2012

Photo presque panoramique

Mais dis donc, Adnihilo, ô grand dispensateur de jeux de mots pourris, grand dépositaire de l'humour pataud et blogger terriblement influent, c'est la rentrée littéraire de janvier, et tu ne lis même pas de nouveautés ? Ben non. S'il faut être honnête, ce qui est toujours mieux, disons le tout net: c'est pas très enthousiasmant, ces offices. Il y a bien deux ou trois textes attirants, il y a un roman moldave que je vais lire, mais qui tiens plus de la curiosité que de l'incontournable; il y a aussi un nouveau Chloé Delaume, Une... [Lire la suite]
15 février 2009

Dans ma maison sous terre

Après quelques jours de retard dans mes posts, je peux enfin m'adonner sans retenue au dernier né de Chloé Delaume, au Seuil, cette fois ci, Dans ma maison sous terre.Un livre assez dur, plus sur le plan moral que physique. J'entends par là qu'il n'y a pas de sang et qu'American Psycho est vachement loin de Dans ma maison sous terre, et que c'est là ce qui en fait sa force. Littérairement, pour ceux qui se posent la question, le texte livré est à la hauteur de mon éllitisme littéraire assumé, suffisamment haut perché pour vous assurer... [Lire la suite]
11 janvier 2009

Monde de merde

"Ah, oui, je le dirais bien aussi, monde de merde." Paul Newman.Comme je suis très prétentieux (mais par pure volonté), je n'ai rien trouvé de moins classe que Dave pour illustrer mon ignoble privation de toute connexion Internet personnelle à la maison. Vous remarquerez la présence de l'épithète "personnelle", accolée négligemment au nom féminin "connexion" pour souligner:1) mes tentatives ignobles de chourer la connexion WiFi du voisin, qui, confiné sur son tambour bruyant et exécrable, ne se doutait de... [Lire la suite]