25 mars 2014

La langue fait scécession

"Cet après-midi, il faut que j'écrive dessus" j'ai dit au pigeon catatonique que j'ai chassé du balcon, ce matin. "Mais le truc, c'est de trouver comment." Soyez donc indulgent, je vais tenter de définir et de vous décrire ce qui ne peut pas l'être. Parce que ce ne sont pas les personnages et le postulat de base qui poseront problème. Deux marginaux dans la forêt, qui vivent en ermites irrascibles, le père prenant bien soin de s'assurer le retrait de son fils de la vie standard actuelle pour pouvoir légitimer le sien, une... [Lire la suite]

22 mars 2014

Et la sixième, bordel !

Tiens, que je m'étais dit, je n'ai jamais lu Bruce Bégout, et pour l'achat de deux pièces du catalogue, Allia donne un petit échantillon de nouvelles gratuit, comme les paquet de Chocapic sur lesquels flotte un bandeau jaune vantant les vingt pour cent de volumes en plus que Pico, la chien qui mange des céréales, donne généreusement à qui veut.Alors j'ai essayé, et finalement, après un oeil dedans et un demi supplémentaire au bar, j'ai trouvé ce que j'allais vous dire dessus: bordel ! Bordel ! Un COD, c'est un complément... [Lire la suite]
Posté par adnihilo à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 mars 2014

La pérégrination vers partout

Ah, la belle épopée que voilà ! La bibliothèque du salon regorge d'épopées médiévales, de chevaliers et de royaumes, de vassaux et de suzerains mais dans la langue de l'époque, et je me retrouve renversé sur mon séant par un space opera graphique.Parce que oui, les potos, c'est une sacrée série qui va m'aider à vous rebattre les oreilles aujourd'hui. Certes, je juge ordinairement une bande dessinée sur l'effet que produisent les efforts graphiques du dessinateur sur mon auguste personne, mais là dessus, bien plus que le trait et... [Lire la suite]
03 mars 2014

L'heure de la récré

  C'est pas que je traine les pieds, mais je me demande bien de quoi je vaus pouvoir vous parler. Mes dernières lectures ont été tellement peu marquantes qu'au moment où je reviens vers vous pour essayer de vous parler de l'une d'elles, je me dis que j'ai la dale et le chat me regarde d'un oeil torve avant de se lécher l'échine. Pour vous dire, j'en arrive même à m'interroger sur l'exactitude du nombre de L que j'ai foutu à "avoir la dale". Ah, si, il y a bien un Pasolini intriguant dont je vais vous parler, et que j'ai... [Lire la suite]
23 février 2014

Au bord du gouffre

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; ... [Lire la suite]
16 février 2014

La découverte du parallèle

Oui, mais c'est comme ca. Sans qu'on puisse vraiment trouver de raison particulière et fiable, le pauvre Adnihilo entre dans une ère graphique, pleine de BD, de vignettes, de scénarii plus ou moins crédible et finit par ne pas se considérer si pauvre que ca tant il ne soupçonnait que très peu les richesses pourtant pas si cachées de cette branche là, précise. Il ne s'agit pas de répulsion envers la si sacrée littérature, et Kisliakov, Blanc, Erckmann-Chatrian, Prévost et Moeri ne sont pas scandaleusement éclipsés pour autant, mais... [Lire la suite]

06 février 2014

Salut, je suis votre nouveau voisin !

Tiens, mais... Mais, mais... La section de littérature africaine est encore vide. D'un autre côté, qu'à cela ne tienne, on ira aussi jeter un oeil aux Tambourinaires !
Posté par adnihilo à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 février 2014

Le bon équilibre entre tout

Espèce de petit branleur, on attend depuis l'Epiphanie que ramène des trucs supers, et tu nous laisses en plan !Ah mais oui, mais non, parce que là, je ne ramène pas de la daube, attention. Je sais bien que j'avais promis American Prophet, Souvenirs du futur, des russes, des latinos, et tout un tas de Choses, mais changeant ma feuille de route presque tout le temps, je me prends moi-même parfois à contrepied. Et après vous promettre Montherlant, un autre Carpenter, Lebedev en sachant qu'on verra ce qui se passera, je vous amène... [Lire la suite]
30 janvier 2014

Ce qui se cache derrière Tibor Déry

Le recueil de nouvelles Derrière le mur de briques place Tibor Déry dans la position de l’observateur d’une Hongrie cadenassée par la répression. Si les personnages sont laborieux, sales, oppressants et oppressés, c’est la pointe d’humanité qui reste en chacun d’eux que l’auteur choisit d’évoquer. Avec finesse et lucidité. La tonalité donnée à chacun des textes n’est jamais la même. Ainsi Les nouilles au pavot raconte avec dénuement la rencontre d’un détenu et de sa jeune sœur, réinterprétant du même coup les notions d’innocence et... [Lire la suite]
07 janvier 2014

Autocensure

Comme on commence la nouvelle année et que je suis un être particulièrement sensible et gentil, je vous fais grâce de certaines mauvaises expériences. Et puis aussi parce que bon, c'est relativement dispensable.Et comme je suis un enfoiré, je vous en parle un peu quand même. Non pas pour être salaud en vous boursouflant le cortex avec des bouquins qui devraient rester discrets mais pour approfondir un peu l'un d'entre eux. Qu'on me permette de passer rapidement sur un court texte de l'Arbre Vengeur, pourtant éditeur tout à fait... [Lire la suite]