22 mars 2020

Intromission

quand soudain sans que tu l'ais médité  son image cinétique est devenue réelle que son dos mat et crème n'était plus cet écran sur lequel tu butais mais l'offrande comme une main de mage   elle n'avait qu'à se retourner pour qu'ici soient les seins - son sourire   dénoue la jupe déboucle sa ceinture laisse ta bouche s'enfouir et ton visage dessous les linges pour que la motte paraisse dans l'hémicycle de son relief au cirque noceur de ses hanches   tu ne veux connaître d'autre parole sinon... [Lire la suite]
Posté par adnihilo à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 novembre 2019

La mère

Ca interpelle un peu, la couverture rose, surtout flash et indéfinie. Et puis après, on voit que c'est un texte de Grazia Deledda, et quand on connait, on a l'oeil qui s'éveille et on sent le besoin de replacer Grazia Deledda dans le paysage, parce que pour être honnête, elle est un peu paumée et reste un peu en marge de ce qu'on lit maintenant. Mais, ca, ca s'explique. D'abord, elle est sarde, Grazia Deledda. Et comme les Gênes a un port, le Piémont des clubs de foot, la Sicile une mafia, Rome un empire, Naples une pizza et si on... [Lire la suite]
05 novembre 2019

A la volette

Un petit opuscule, comme ca, au détour d'une librairie à la gare de Genève. Un petit éditeur suisse, aussi, mais dont j'ai déjà du parler ici il y a longtemps jusqu'à en faire un plus si petit que ça, puisqu'on le connait déjà tous. Guillaume Rihs, aussi, auteur du coin dont le nom me rappelait quelque chose d'un peu lointain avant que je me souvienne l'avoir plusieurs fois installé sur la table devant la fenêtre. Il y avait une table et un café, aussi, mais ça, on s'en fout un peu. Il est assez amusant, ce petit texte de Guillaume... [Lire la suite]
01 novembre 2017

Celles qui forgent

Gloire à Belleville qui nous refile des beaux trucs ! Gloire à eux qui nous mettent le nez là où on ne va jamais, comme en Moldavie ou en Egypte ! Gloire à qui nous fait connaître des auteurs qu’on ne lit pas, pas par manque de qualité, mais par manque d’intérêt !                 Hamdi al-Gazzar est de ceux-là, sans soute un peu trop rares et dont la plume est sans doute, hélas pour ce texte, effacé par la surprise et le peu de connaissances... [Lire la suite]
07 septembre 2017

L'expérience aquatique

On trouve de biens étranges matériaux, parfois. Vous connaissez les pieuvres ? Vous les avez entendues parler et disserter sur nous ? Marie Berne, qui n’a aucun lien de parenté avec le canton (me semble-t-il), vous en personnifie une. Ou vous l’humanise, en tout cas. Imaginez-vous, donc, une pieuvre pêchée un jour par une main d’enfant et qui se retrouve finalement par habiter un aquarium quelconque dans le salon d’un cinéaste. Le postulat de base n’est pas si complexe et les péripéties de l’acheminement de la pieuvre... [Lire la suite]
04 septembre 2017

La prochaine flore

Il y a ceci de merveilleux et gênants chez les auteurs anglo-saxons qu’ils sont trop imaginatifs. SI on prend, par exemple, l’exemple de Jenni Fagan, parce que c’est de son texte dont parle aujourd’hui, on distingue bien les deux faces de sa principale qualité. L’imagination, j’entends. Pas l’écriture, quali et discrète et qui sert parfaitement le récit comme elle le doit ; pas non plus l’imaginaire, différent de l’imagination dans sa source initiale (on n’est pas dans Valérian, quand même). La base du roman est assez simple... [Lire la suite]

01 septembre 2017

Lettres fuyantes

          Vous connaissez Ryokan, je suis sûr. Si si, vous en avez sûrement déjà entendu parler, ou alors penchez-vous sur son œuvre, ses écrits valent carrément le coup. C’est beau.                 Avec Ryokan, on est au dix-huitième beaucoup, dix-neuvième un peu, au Japon tout le temps. Comme un paquet de poètes japonais, on y parle beaucoup de nature et Ryokan le moine y insère souvent des parallèles et connexions avec la... [Lire la suite]
30 août 2017

Etoile filante

Comme moi, je sais que tu aimes bien marquer le coup de la fin août, des jours qui précèdent la rentrée (voire la rentrée littéraire) avec un classique ou un texte que tu identifies comme tel. Même si je crains d'enfoncer une porte ouverte en t'en parlant, je te cligne un recueil de l'oeil dans une phrase qui ne veut rien dire. Mais les nouvelles, ou plutôt les petits contes de Supervielle sont plus costauds que mon article, crois-le bien. Par leur dimension onirique, déjà. Par leur singularité, aussi. Les personnages s'y... [Lire la suite]
28 août 2017

L'autre cage

               Aujourd’hui, juste avant de lancer la rentrée littéraire dans le flot improbable de la routine, juste au moment où je me lance dans de longues phrases kitsch au sens incertain et juste parce que je fais ce que je veux, je me ramène avec un film. Voilà.                 Qu’on se rassure, quand même, le film est adapté d’un roman, hein ? On reste dans la littérature, quand même. Le film vient de Sofia... [Lire la suite]
20 janvier 2017

La femme plurielle

Vous allez voir passer, bientôt… Oui, je vous interromps dans vos activités, mais c’est pour la bonne cause. Donc, disais-je avant d’être assez grossièrement interrompu par moi-même, vous allez bientôt voir passer sur les tables de vos libraires préférés un gamin dans une télé vide, et la curiosité qui vous caractérise vous poussera à vous penser dessus. Sur la télé. Le gamin qui y est réfugié et qui scrute ardemment un détail hors champ n’est pas Maryam Madjidi. Maryam, qui me pardonnera de la nommer si cavalièrement en me... [Lire la suite]