soukmane

Sans doute vais-je me répéter dans ce post, et fera-t-il écho aux deux précédents. Après Ilya Mouromets et Sadko de Novrogod, Soukmane Soukmanovitch. Il est seul mentionné sur la couverture, mais on a trois nouvelles dans lesquelles on trouvera aussi Dobrynia Nikititch et une brève apparition d'Igor Sviatogor dans une byline consacrée à Ilya Mouromets.

Il est très riche, le personnage de Soukmane Soukmanovitch, ce guerrier aussi valeureux que n'importe quel autre aventurier de l'entourage du Prince Vladimir, mais qui passe pour pleutre à force de laisser la vantardise aux autres. Ce manque de loquacité qui empêche la reconnaissance dont jouissent les autres et qui va l'amener a vivre sa dernière superbe aventure.
Le personnage, sans doute, mérite d'être plus étoffé tant il s'annonce romanesque, et probablement, chez Afanassiev et consorts, on trouvera un autre regard sur lui.
Et encore, la plume d'Elli Kronauer. On est presque dans du Tim Burton, du Alexandre Blok et du Chrétien de Troyes. Tout à la fois. Une sorte de plongée de la chevalerie telle qu'on l'envisage en France dans la Russie ancienne, elle même plongée dans une poésie onirique qui attisera les curiosités. Enfants compris, c'est sans doute pour ca que les recueils sont publiés par l'Ecole des Loisirs.
On y vois des pourfendeurs d'ombres, des mises en scènes littéraires à coups masques de blaireau au groin de fer, de fleuve noble qui parle, de verrous décrits comme des têtes d'ourses vivantes. On est entre l'adaptation pour la jeunesse et le conte russe traditionnel, et on s'y perd juste parce qu'on a envie.

Et je le maintiens, on distingue bien la veine guerrière de Kiev et la veine sage de Novgorod, comme deux grandes nations au caractère complémentaires dont la Russie descend. Je n'ai pas grand chose de neuf à dire sur les bylines, en fait, si ce n'est l'envergure croissante qui caractérise ma fascination pour elles, pour le mythes fondateurs qui guide la culture entière du pays encore aujourd'hui et l'immortalité de ces chevaliers qui ont probablement existé un jour mais sur lesquels, probablement, on peut se poser autant de questions que sur Rémus et Romulus ou le roi Arthur.
Je n'ai rien de particulièrement neuf à dire sur les bylines, ou en tout cas rien de plus par rapport aux posts sur Ilya de Mourom et sur Sadko tant je n'ai comme éclairage sur le sujet que la voix d'Antoine Volodine/Elli Kronauer. Je ferais volontiers le tour de la question, mais je n'en suis qu'au point de départ.