be34397a402b09e20003de8bc9ab941c4fcf3595_m

Mais dis donc, Adnihilo, ô grand dispensateur de jeux de mots pourris, grand dépositaire de l'humour pataud et blogger terriblement influent, c'est la rentrée littéraire de janvier, et tu ne lis même pas de nouveautés ?

Ben non. S'il faut être honnête, ce qui est toujours mieux, disons le tout net: c'est pas très enthousiasmant, ces offices. Il y a bien deux ou trois textes attirants, il y a un roman moldave que je vais lire, mais qui tiens plus de la curiosité que de l'incontournable; il y a aussi un nouveau Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, qui est tout l'inverse et que j'ai inscrit avec enthousiasme sur ma to-do-list.


Pour le reste, bon. On peut parler de Claustria, de Jauffret, mais qu'on me pardonne de ne pas en avoir envie. Le grand et gentil Régis a certainement une très belle plume, mai une plum satisfaite. Ludiquement parlant, ca me désoblige.
Peut-être Dormir avec deux qu'on aime, de Gilles Leroy, mais je ne sais pas s'il convient aux phases de mélancolie (en même temps, je dis ca comme ca, mais je ne me base que sur le titre). Je suis resté, il y a certes un peu longtemps, sur la plume d'Alabama Song, mais pourquoi pas. Et puis le titre est beau.

Ah, si. D'autres important dans ma musette qui concernent quoi ? La Russie. J'irai vers le Sibir de Danièle Sallenave et le Transsibérien de Dominique Fernandez, il s'agit là juste d'une envie de voir la Russie par un autre biais que les regards des russes eux-mêmes.

Pour mes acolytes, je serais bien infoutu de vous parler de leur feuille de route (j'éprouve généralement pas mal de difficulté à ne jamais changer la mienne, ha !). Il me semble avoir vu Ravhin avec un roman de Kjartan Flogstad, Des hommes ordinaires. Mais c'est vague, c'est maintenant que je m'en rends compte.